Companho, farai un vers qu'er covinen...

Companho, farai un vers qu'er covinen,
Et aura-i mais de foudatz no-y a de sen,
Et er totz mesclatz d'amor e de joy e de joven.

E tenguatz lo per vilan qui no-l enten,
O dins son cor voluntiers non l'apren:
Greu partir si fai d'amor qui la troba a talen.

Dos cavalhs ai a ma sselha, ben e gen,
Bon son et adreg per armas e valen,
E no-ls puesc amdos tener, que l'us l'autre non cossen.

Si-ls pogues adomesjar a mon talen,
Ja no volgr'alhors mudar mon garnimen,
Que meils for'encavalguatz de nuill ome viven.

Launs fon dels montaniers lo plus corren,
Mas aitan fer' estranhez'a longuamen
Et es tan fers e salvatges, que del bailar si defen.

L'autre fon noyritz sa jus part Cofolen
Ez anc no-n vis bellazor, mon escien:
Aquest non er ja camjatz ni per aur ni per argen.

Qu'ie-l donei a son senhor polin payssen,
Pero si-m retinc ieu tan de covenen
Que, s'ilh lo tenia un an, qu'ieu lo tengues mais de cen.

Cavalier, datz mi cosselh d'un pessamen:
-Anc mays no fuy issaratz de cauzimen- :
Res non sai ab qual me tengua, de n'Agnes o de n'Arsen.

De Gimel ai lo castel e-l mandamen,
E per Niol fauc ergueill a tota gen:
C'ambedui me son jurat e plevit per sagramen.


Traduction possible :

Camarades, j'écrirai un poème approprié,
un avec plus de folie que de sens,
tous chargés d'amour, de joie et de jeunesse.

Et qu'il soit traité de valet, qui ne le comprend pas,
ou apprenez-le, d'ailleurs, par cœur:
les gens qui aiment la poésie se séparent à peine de l'amour.

J'ai deux chevaux que je peux bien seller et volontiers
ils sont bons et courageux et aptes à se battre,
et je ne peux pas les garder tous les deux parce qu'ils ne peuvent pas se supporter.

Si je pouvais les apprivoiser comme je le souhaite,
Je n'emporterais pas mon équipement ailleurs,
parce que je serais monté mieux que quiconque.

Celui est le plus rapide des alpinistes
mais il agit férocement bizarrement depuis longtemps
et il est si féroce et sauvage qu'il refuse d'être bridé.

L'autre a été élevé autour de Confolens
et tu n'en as jamais vu de plus jolie, à mon avis:
une telle personne ne peut être échangée contre de l'or ni contre de l'argent.

Parce que je l'ai donné à son maître comme pouliche
mais nous avons accepté la condition
que, s'il l'avait pendant un an, je l'aurais pendant un siècle.

Chevaliers, informez-moi de cette énigme:
-Je n'ai jamais été [si] troublé par un choix-
Je ne sais pas à laquelle m'en tenir, celle de dame Agnès ou celle de dame Arsen.

Je tiens le château de Gimel et ses terres,
et je me vante de Nieul avec tout le monde
puisque les deux me sont jurés fidèles.