Quan chai la fuelha - Lorsque chante la feuille

Occitan :

Quan chai la fuelha
dels aussors entressims
el freg s'erguelha
don seca 'l vais e'l vims,
del dous refrims
vei sordezir la bruelha:
mais ieu sui prims
d'Amor qui que s'en tuelha.

Tot quan es gela,
mas ieu no puesc frezir
qu'amors novela
mi fa'l cor reverdir;
non dei fremir
qu'Amors mi cuebr'em cela
em fai tenir
ma valor em capdela

Bona es vida
pus Joia la mante
quei tals n'escrida
qui ges non vai tam be;
no sai de re
coreillar m'escarida
que per ma fe
de mielhs ai ma partida.

De drudaria
no'm sai de re blasmar,
qu'autrui paria
trastorn en reirazar;
geb as sa par
no sai doblar m'amia
q'una non par
que segonda no'l sia

No vuelh s'asemble
mos cors ab autr'amor
si qu'eu ja'l m'emble
ni volva'l cap alhor:
no ai paor
que ja selh de Pontremble
n'aia gensor
de lieis ni que la semble.

Tant es per genta
selha que'm te joios
las gensors trenta
vens de belhas faisos:
ben es razos
doncas que mos chans senta
quar es tan pros
e de ric pretz manenta.

Vai t'en chanzos,
denan lei ti presenta,
que s'ill no fos
no'i meir'Arnautz s'ententa.

Français :

Des sommets les plus hauts
lorsque chante la feuille
et que monte le froid,
flétrir le saule et la noisette,
de ses doux refrains
devient le bois muet ;
mais suis proche d'amour,
qui donc pourrait l'abandonner.

Tout est glacé,
geler ne puis
parce qu'amour
brûle mon cœur;
trembler ne dois,
parce qu'amour me couvre et me protège
préserve mon mérite,
et me guide.

La vie est bonne,
si joie la tient,
bien que certaines choses
n'aillent pas bien dont je me plains ;
je ne saurais comment
me plaindre de mon sort
car, par ma foi,
du meilleur j'ai ma part.

Des gestes d'attention
Je ne sais quoi blâmer,
et de toutes les autres
méprise compagnie ;
car, d'entre ses rivales,
nulle n'est comme mienne,
que nulle autre me semble
après elle unique.

Je veux que ne s'assemble
mon cœur à autre amour
craignant qu'elle me fuie
et tourne ailleurs sa tête :
Je ne crains sous mes pieds
que ne tremble la terre
ne connaissant plus digne
qu'elle, ou qu'autre ne semble.

Elle est si gentille,
celle qui me rend joyeux,
que les trente meilleurs
elle conquiert par sa belle apparence :
voici bonne raison
pour qu'elle entende mes chansons,
parce qu'elle est si noble
et si délicatement aimable.

Alors, maintenant, chantons,
montrons devant elle :
que s'il n'en est ainsi,
vous ne ne mériteriez l'effort d'Arnaut.